HOW TO: ORGANISER SON DRESSING

Toujours dans l’optique d’avoir un dressing minimaliste, aujourd’hui je viens vous écrire à propos de la visualisation de ce dernier. Effectivement, il existe une multitude de moyens pour organiser son dressing et le rendre plus lisible. Je vais donc vous partager ce que j’utilise afin de lire parfaitement tout ce que j’ai, et puis surtout, de moins perdre de temps le matin à chercher un haut dans un bordel fini.

TRIER PAR UNIVERS

Dans un premier temps, je vous conseille de trier votre garde-robe par univers, les t-shirt ensemble, les pyjamas ensemble … Enfin bref, vous m’avez comprise. Vous vous y retrouverez plus facilement.

TRIER PAR COULEUR

A ce moment même, nous sommes vraiment dans la visualisation, le tri des informations et la quête du dressing épuré. Effectivement, votre oeil sera plus serein de voir vos vêtements triés par couleur, et vous pourrez plus facilement faire des associations.

 

LES ORGANISATEURS DE VETEMENTS

Rien de plus pratique pour ranger des petites pièces comme nos chaussettes, sous-vêtements, maillot de bain … Des petits boites en tissus suffisent largement. Le lot chez IKEA est au prix abordable de 8€. J’ai également investie dans un rangement suspendu, hyper pratique pour mes écharpes qui étaient jetées à la va-vite dans mon armoire.

Boîtes en tissu: https://www.ikea.com/fr/fr/catalog/products/70370856/

Casier suspendu: https://www.ikea.com/fr/fr/catalog/products/60192633/

LES BOITES DE RANGEMENT

Je n’ai pas énormément d’accessoires volumineux (ceintures, bonnets et lunettes de soleil) du coup, je les range dans deux boîtes en carton de petites tailles sous mon portant, sauf les bonnets que je met dans un pochon. Je dépose également dessus les sacs que je vais porter le plus durant la saison.

Boîtes en carton: https://www.ikea.com/fr/fr/catalog/products/60395428/

LE PORTANT

La grande tendance que toutes les bonnes instagrameuses ont adoptées. J’en ai pris un basic à 10€, il me sert uniquement à déposer les affaires volumineuses ou de saisons que je vais porter assez souvent durant les 3 prochains mois. Ici par exemple, nous allons retrouver mes combi, mon perfecto, mes vestes blazers pour le printemps. Mais l’hiver, il me sert en grande majorité à mettre mes manteaux pour y avoir plus facilement accès.

Autre méthode: vous pouvez vous en servir pour planifier vos tenues de la semaine ! Je sais que quelques unes d’entre vous le font, du coup, plus besoin de chercher. Tout sera à porté de main !

Portant: https://www.ikea.com/fr/fr/catalog/products/60179434/

Publicités

MA TRANSITION VERS LE MINIMALISME

C’est un sujet qui a pris pas mal d’ampleur sur le web depuis plusieurs mois, on peut même le qualifier de « tendance » car beaucoup souhaitent l’adopter, et généralement, c’est pour « faire comme tout le monde et être reconnu ». Pourquoi ça ne marche pas ? Je pense que c’est parce que les gens mettent la barre trop haute, ils sont pressés et souhaitent des résultats dans l’heure qui suit … Sauf que le minimalisme, ce n’est pas ça. De moins point de vue, une transition réussie, est une transition échelonnée, des objectifs facilement atteignables. En faites, il faut juste aller à son rythme. Dans cet article, je vais juste faire un bilan/récap’ de ma progression, sans trop entrer dans les détails. Des articles dédiés à chaque catégories seront bientôt en ligne.

Pourquoi est-ce que je me suis intéressée à cette tendance ?

Dans la vie, nous avons tous des hauts et des bas (si tout était trop calme, on voudrait s’ennuyer comme on dit !) et c’est durant une période de bas, où mon esprit était complètement embrumée que je me suis tournée vers « cette pratique ». Un matin, je me trouvais devant ma penderie qui débordait, encore entrain de me demander ce que j’allais porter, si les autres allaient me trouver bien, si j’allais avoir des réflexions … Encore des questions bien inutiles, et un rapport à l’autre bien trop présent. C’est fou de se prendre la tête sur des choses complètement futiles, d’encombrer son esprit avec des conneries. J’ai pris tout mes habits, je les ai sortis de la penderie et j’ai commencée le tri. J’avais besoin d’y voir clair, de contrôler cette partie inanimée qui me gâchait une partie de ma réflexion.

GARDE ROBE

J’avais exactement 25 sacs poubelles de choses que je ne portais pas, que j’avais achetée sur des coups de tête, pour plaire aux autres, que j’avais également accumulées au fil du temps. C’est dingue, de voir la quantité de sacs poubelles écrite me consterne. J’ai même honte d’avoir acheté autant, alors que j’aurai pu économiser pour voyager, faire un bon resto et j’en passe. Qu’en ai-je fait ? J’en ai donné une partie dans un relay vêtements, une autre à mes cousines et les pièces en très bons états/neuves ont été vendues sur mon VINTED. A présent, on peut retrouver dans ma garde-robe que des pièces que j’aime vraiment beaucoup et qui me vont ! Et oui, le plus important c’est d’être bien dans ses baskets 😉

Il y a un schéma très simple pour se débarrasser des pièces qu’on ne porte plus et pour garder les essentiels. Je vous en parlerai en détails dans un prochain article.

Je l’avoue, j’ai tout de même gardée quelques pièces qui me rappelaient des souvenirs, qui me donnait de la joie lorsque je les regardais.

SOIN QUOTIDIEN

J’avais déjà cette démarche minimaliste de ne pas acheter trop de maquillage, de ne pas dépenser d’argent inutilement dans des produits qui ne me correspondent pas. Ca fait des années que j’utilise les même produits qui me conviennent plutôt bien. Du coup, pas de tri dans le make-up/soin. J’ai juste modifiée certains produits que j’utilisais pour que ma peau soit moins agressée. Je me suis tournée vers des choses plus naturelles et simples.

NOURRITURE

Bonjour le grignotage intensif qui te fait sentir bien et rassasié, mais qui te fait surtout grossir, qui encombre tes organes. A l’ère de la restauration ultra rapide, du pseudo manque de temps pour cuisiner (enfin, c’est ce qu’on se fait croire)

Avant, j’étais accro aux enseignes de restauration rapide car je travaillais tard et que je ne prenais pas le temps de préparer mes repas le matin, je préférais flâner sur les réseaux … Comme c’est étrange ! Je grignotais aussi énormément et je prenais du poids. 6kg en une année … Ca ne se voit peut-être pas forcément, mais mon corps m’a fait comprendre qu’il commençait à saturer littéralement de tout ce que je lui faisais ingurgiter et qui n’était pas si bon que ça.

J’ai donc décidée de prendre une feuille et un papier afin d’écrire une liste de course simple, mais complète. De chercher des recettes sur le net, d’arrêter d’acheter des chips pour grignoter et de prendre enfin le temps de cuisiner … Et c’est une vraie passion à présent. Ca me détend de cuisiner, de me dire que je vais manger quelques choses que j’ai fait moi-même, c’est hyper gratifiant. D’accord, parfois il y a quelques ratés, mais sans se tromper on ne réussi pas, non ? Côté corps, j’ai perdue 3kg en 1 mois et demi et côté porte-monnaie, j’ai plus d’argents à dépenser dans mes centres d’intérêts.

RESEAUX SOCIAUX

Enorme sujet, énorme problème en vue ! Nous consultons notre téléphone 50 fois par jour en moyenne, dont une partie réservée aux réseaux sociaux, cette grande dépendance du XXIème siècle. Je suis la première à consulter mon téléphone et les réseaux, histoire de me tenir informer, de ne pas être mise à l’écart des potins, de bien entrer dans cette bulle pleine à craquer. Ne pas être exclue tout simplement. Mes propos vous choquent ? Il vous en faut peu dites donc, pourtant, vous devez surement être dans le même cas.

Les réseaux sociaux sont limites une secte en y réfléchissant bien: si tu n’as pas les réseaux tu n’es pas à la page, tu n’es pas moderne, tu t’isoles du monde, enfin t’as pas d’intérêt pour personne quoi.

Je l’avoue, je suis la première, le matin, à me ruer sur mon téléphone et regarder Instagram, Facebook, snapchat, twitter … Voir ce que j’ai loupée et me « mettre à jour » sur la vie des autres. Mais alors, comment est-ce que j’ai réussi à moins regarder mon téléphone, à faire un detox des réseaux ? Ceci relève de votre simple volonté. J’ai tout d’abord trié mes réseaux, ce que je voulais garder, qui je voulais avoir dans ma liste d’amis, je me suis posée des questions: Qu’est-ce qui m’intéresse vraiment sur Instagram ? Ai-je parlé récemment à ces personnes ? Que m’apportent-elles dans ma vie ? Est-ce que je dois vraiment les garder dans mes amis Facebook ou dans mes contacts ?

Ca parait rien comme ça, mais je vous assure que de vous débarrasser virtuellement de certaines choses, rend votre esprit plus léger. Encore une preuve que les réseaux sont vraiment encrés dans notre éducation et qu’ils font partie intégrante de notre manière d’agir.

LE TRAVAIL

Ca peut vous paraitre compliqué d’être minimaliste dans votre travail. C’est pourtant si simple … De mon côté, j’étais une obsédée du travail, je me levais et me couchais en pensant au travail, à ce que je devais faire le lendemain, si j’allais réussir ou pas. Et un jour, j’ai appris à relativiser. J’ai appris à déléguer, à moins me sentir responsable de tout et de tout le monde … J’ai aussi dit stop à la charge morale de travail. Je quitte mon job à telle heure, je ne veux plus en parler jusqu’au lendemain telle heure que j’y retourne. C’est pas facile au début, mais c’est en persévérant que j’ai senti mon esprit se libérer de ce poids.

C’est également vrai lorsque vous cherchez un emploi, on est plein d’incertitude, on ne sait pas comment l’autre va réagir en face de nous, si on va lui plaire, si le job va nous plaire réellement ou si on se sera encore trompé. La peur de l’échec. Pourtant, ce n’est pas échouer de ne pas réussir quelque part, au contraire, c’est se rendre compte qu’on ne veut pas ça dans notre vie et que quelque chose de mieux nous attend ailleurs, de plus bénéfique pour notre corps et notre esprit. Et puis, on ne peut pas plaire à tout le monde, se serait trop idyllique et dommage.

« Nous avons le droit de douter, mais pas de s’abandonner. »

// Sophy

ADIEU LES SOUTIFS A BALCONNETS !

Nous allons parler d’un sujet assez féminin pour le coup et qui concerne la majorité des femmes: le soutien-gorge, TADAAAAAMMM ! A mes débuts je vous avais déjà fait un article lingerie, et vous aviez apprécié. Aujourd’hui, je vais vous parler de mon expérience avec les soutiens-gorges à balconnets, mais surtout sans balconnets. J’ai vue passer sur le net plusieurs articles à ce sujet, des études qui montrent que le balconnet est mauvais pour la poitrine, inconfortable, peu saillant et j’en passe. Du coup, pourquoi ne pas vous parler de ma transition du soutif à balconnets au soutif élastique ?

Au début de mes années lycées, et même collège, je portais que des soutifs à élastique. A l’époque, on en trouvait très peu et j’ai eu plusieurs remarques qui m’ont fait me tourner vers le soutif à balconnets, notamment: « Ahhh mais tu as les tété qui pointes, ça veut dire que t’as envie de moi ! » Sachez que dans mon entourage, à l’époque et aujourd’hui encore, j’ai beaucoup d’amis garçons (oui, oui c’est possible) du coup, ça m’a totalement paralysée et j’ai décidée d’acheter des soutifs à balconnets et rembourrés pour être tranquille. De plus, les soutifs à élastique de l’époque étaient réservés pour les jeunes filles qui commençaient tout juste à avoir de la poitrine, donc les modèles étaient assez enfantins. Bref, j’en ai portée pendant 5 ans. Sauf que récemment, j’ai fait une mauvaise chute qui m’a value une belle fracture du coude et des problèmes de dos. (Si vous suivez mes aventures sur Instagram, vous étiez au courant haha) Il m’était impossible d’enfiler un soutif à balconnet sans souffrir au niveau des cotes et me sentir oppressée. Au mois de Janvier dernier, je me suis donc tournée vers les soutifs à élastique … Et ce fut que du bonheur !

Pendant des années, je souffrais au niveau des côtes, je me sentais serrée, j’avais des marques à cause de mes soutifs (pourtant, je prenais ma taille, voir plus grand, mais rien y faisait) , le souffle carrément coupé parfois. Je n’ai pas énormément de poitrine, ça me servait pas à grand chose d’en porter … Mais je me sentais rassurée, que mon intimité était protégée et que je n’aurai plus de réflexions déplacées. Vous savez, à 15/16 ans, on est un peu con, on dit tout ce qui nous passe par la tête, sans se préoccuper des conséquences. Du coup, je pensais vraiment que j’étais bien, enfin je m’en persuadais.

Quels changements est-ce que j’ai pu observer ? Et bien, cela fait 3 mois que je respire à nouveau, que je n’ai plus de marques autour de la poitrine, que je suis plus libre de mes mouvements et que je me sens plus à l’aise avec mon corps, mais surtout avec mon esprit ! C’est une vérité: ce que l’on porte influence une partie de notre mental, plus nous sommes bien dans nos pompes, mieux on se porte ! Et puis … Si vous avez l’habitude de porter des décolletés assez plongeant, cette lingerie fine apparente est tellement jolie, sexy sans être vulgaire.

Ce qui est cool, c’est que la tendance « Sans soutif » ou « soutif à élastique » est en expansion depuis 2 ans. De nombreux modèles sont disponibles sur le marché, à tout les prix et ça fait plaisir. Généralement, je les achète chez H&M, car ce sont ceux qui me conviennent le mieux, même dans les soutifs à balconnets, ça fait des années que j’achète chez eux, et je n’ai jamais vraiment eu à me plaindre de la qualité !

Alors oui, ce type de soutif ne convient pas forcément aux fortes poitrines car ça ne maintien pas grand chose … Je l’écris de façon assez brute, car c’est la réalité et je trouve ça bien dommage. Parce que celles qui sont pourvues d’une poitrine généreuse devraient elles aussi être à l’aise avec leurs lingeries.

En bref, ce qu’il faut retenir: si vous avez une petite poitrine et que vous recherchez du confort, les soutifs sans balconnets sont fait pour vous !

Note: Merci de ne pas faire de remarque sur le fait que je montre ma lingerie, ni de me demander de la porter en photo « pour mieux voir » ou je ne sais quelles autres conneries. Internet est rempli de sites dédiés aux modèles lingeries ou nus, je suis sur qu’en cherchant bien, vous trouverez votre bonheur, soyez patient 😉 C’est quand même dingue d’être obligée de le préciser … Un peu de lumières dans votre esprit enfin, nous ne sommes plus des gamins !

// Sophy